C’est QUOI le problème avec le gluten ?!

  • « Tu ne devrais pas manger de gluten.
  • Pourquoi ?
  • Ce n’est pas bon pour toi.
  • Pourquoi ?
  • Parce que tout le monde le dit, parce que Novak Djokovic mange sans gluten, et parce que partout, il y a des produits sans gluten. »

Devant tant d’arguments, comment ne pas s’incliner… 🤔

La pause s’impose ! On fait un petit point pour expliquer ce qu’est le gluten.

Quèsaco le gluten ? 🧐

Le gluten, c’est une protéine présente dans certaines céréales, qui se situe entre le son et le germe de la graine. Le blé, l’avoine, le kamut, l’orge, le seigle, l’épeautre, contiennent toutes du gluten à différents pourcentages.

Le terme gluten vient du latin et signifie « colle, glue, gomme », qui fait penser à « engluer », « gluant », ce qui renvoie au sentiment de colle. Et en effet, le gluten permet de donner de l’élasticité à la pâte et d’emprisonner le gaz carbonique, ce qui donne un pain bien aéré, léger, élastique (Mmmm, on l’aime celui là !). On dit qu’il est panifiable. 🥖

A l’origine, le pain était beaucoup plus compact et dur. Au moment de la révolution industrielle, les machines ont remplacé les hommes au pétrissage des pâtes mais celles-ci étaient tellement dures que les lames des pétrisseuses cassaient littéralement. Il a fallu changer la texture de la pâte.

C’est une des raisons pour laquelle, au fur et à mesure des années, on a dû croiser les variétés de céréales riches en gluten afin d’obtenir une farine extrêmement pétrissable et panifiable.

Le blé actuel est donc un produit de manipulations génétiques, qu’il soit bio ou non. 👨‍🔬

Et alors ? 

Alors, ce blé devient trop hybridé pour la digestion humaine car nos enzymes (substances permettant la digestion) ne sont pas adaptées et ne reconnaissent pas ce qu’elles considèrent comme un intrus. Conséquence, notre système immunitaire s’emballe et se dérègle. La réponse inflammatoire est forte et les personnes sensibles au gluten le savent bien, il peut s’en suivre une multitude de troubles gastro intestinaux (diarrhée, constipation, ballonnements, reflux…) …mais pas que ! Migraines, eczémas, douleurs articulaires, musculaires, troubles de l’humeur, dépression… la liste est non exhaustive et va comprendre toutes les maladies dites « inflammatoires ».

Parenthèse : le blé contient une substance de la famille des opioïdes qui perturbe le fonctionnement du cerveau 🤪 et agit comme une drogue (stimule l’appétit, aggrave les troubles de l’attention, de l’humeur, de l’hyperactivité, altère la concentration). Pas étonnant que nos enfants soient complètement addicts et nous réclament sans cesse du pain… (Merci qui ?) 🤐

Alors le gluten, mauvais pour tout le monde ?

Le gluten sera nocif ou dangereux, particulièrement pour les personnes sensibles, intolérantes, ou allergiques au gluten :

  • Allergie au gluten : la réaction en cas d’ingestion peut aller de simples rougeurs à un choc anaphylactique pouvant entraîner la mort.
  • Intolérance au gluten : ou maladie cœliaque. L’ingestion de gluten provoque des réactions immunitaires où les anticorps s’attaquent à l’intestin, provoquant des douleurs aigües. Cela peut conduire à des maladies auto-immunes.
  • Sensibilité au gluten : Les symptômes sont proches de l’intolérance au gluten mais elle ne conduit pas à des maladies auto-immunes.

Comment savoir si l’on est sensible au gluten ?

Nul besoin d’aller passer des examens, d’autant qu’il n’existe à ce jour aucun marqueur sanguin permettant d’identifier la sensibilité au gluten. Il suffit de ne consommer aucune céréale à gluten pendant quelques temps (2 à 3 semaines). Voyez comment vous vous sentez. A la fin de votre régime sans gluten, réintroduisez-les et observez.

Concrètement, on consomme quoi ?

En se penchant sur la question, il semble rationnel de dire que le gluten et particulièrement le blé n’est bon pour personne, même s’il est toléré chez certains. La consommation de gluten produit en masse du mucus que le corps doit éliminer par la peau, les bronches, les selles (nez bouché, glaires, catarrhes, qui évolueront vers rhumes, sinusites, etc…)

Si le gluten est (encore) toléré par votre organisme, ne vous privez pas de pâtes 🍝 ou de la bonne pizza 🍕 de votre restaurant italien préféré de temps en temps. Mais dans l’idéal, n’en consommez pas tous les jours, et préférez des céréales de qualité biologique naturellement sans gluten : sarrasin et quinoa (qui présentent l’avantage d’être riches en oligo-éléments, vitamines et minéraux, et qui contiennent tous les acides aminés essentiels), riz demi-complet ou complet, millet, amarante, farine de châtaigne, coco, riz, et dérivés, farines légumes secs.

Et les produits industriels « sans gluten » ?


⚠️ Attention aux slogans « sans gluten ». Les industriels ne s’y trompent pas, ils surfent sur la vague et profitent de la tendance (et de nous, pauvres consommateurs). Tous ces produits « sans gluten » tentent d’imiter les produits contenant du gluten. Conséquences : d’une part, les additifs et agents liants sont très nombreux et l’on peut légitimement se poser la question de leur nocivité. Et d’autre part, ils finissent par agir eux aussi comme une sorte de colle, tapissent les intestins, et peuvent entraîner des carences, les nutriments n’arrivant plus à passer la barrière intestinale.

Le mieux, c’est tout de même d’apprendre à vous connaître, de reconnaître ce qui vous convient ou non, et de connaître votre seuil de tolérance. Il n’est pas question de nous priver de ce qui nous fait plaisir, encore moins d’entrer en frustration (frustration : l’amie des régimes, l’ennemie de la santé), mais plutôt de trouver un équilibre « plaisir/santé/bien-être ».

Bonne santé à tous ! 🌿

Florence R.